News

Dans le dernier numéro du magazine de Français du Monde : Halte aux idées reçues sur les réfugiés !

FDM_184-web« Les clichés sur les immigrés sont nombreux et très souvent infondés », dénonce le siège de Français du Monde dans le dernier numéro de son magazine trimestriel :

« Cliché n°1 : « Ils vont nous envahir »
Cette question doit être traitée dans un contexte plus large, à la fois géographique et historique. Rappelons d’abord qu’on ne quitte pas son pays de gaîté de cœur : on migre
parfois dans l’espoir d’une vie meilleure, mais le plus souvent pour échapper à un conflit. De fait, à l’échelle planétaire, moins d’une personne sur quarante réside à l’étranger. Des migrations variées, il faut relativiser l’importance des migrations vers l’Europe par rapport à celles qui se produisent à l’échelle mondiale. En effet, dans les faits les hommes s’installent très souvent dans un pays voisin du leur : sur près de 200 millions de personnes qui ne résident pas dans leur pays natal, la moitié se déplace d’un pays du
Sud vers un autre pays du Sud, tandis que l’autre moitié va du Sud vers le Nord.

Cliché n°2 : « La France est l’un des premiers pays d’accueil des demandeurs
d’asile » 
Au sein de l’Union Européenne, le pays recevant le plus grand nombre de demandes d’asile est, de loin, l’Allemagne, où 202 645 demandes ont été déposées en 2014 (soit 32% de l’ensemble des demandes). La Suède a également reçu un grand nombre de demandes d’asile (81 180), tout comme l’Italie (64 625) et la France (62 735).
Des quatre pays d’Europe ayant reçu le plus grand nombre de demandes d’asile en 2014, la France est celui y ayant accédé le moins avec 30,1% de réponses positives sur
la totalité des demandes traitées. En comparaison, pour la même année l’Allemagne a rendu 48,9% de réponses positives, l’Italie 58,6% et la Suède 82,7%.
«La France est donc loin de ployer sous le poids des demandes et des réfugiés, comme on l’entend trop souvent. Cessons de nous fantasmer en forteresse assiégée ; cela ne correspond tout simplement pas à la réalité», a déclaré Bernard Cazeneuve lors de la présentation du projet de loi portant réforme de l’asile à l’Assemblée nationale.

Cliché n°3 : « Les immigrés n’ont aucune qualification »
Là encore, l’idée reçue selon laquelle les migrants seraient des travailleurs non qualifiés, donc potentiellement peu susceptibles d’apporter de la « richesse » à leur pays
d’accueil, est mise à mal par les statistiques de l’Insee. En effet, si 25% des immigrés entrés en France en 2012 étaient sans diplôme, 63 % étaient au moins titulaires d’un diplôme de niveau baccalauréat ou équivalent, dont 39%
disposaient d’un diplôme supérieur.

Cliché n°4 : « Les migrants viennent en France pour toucher les aides sociales »
« C’est un fantasme absolu car, la plupart du temps, les immigrés ne sont pas au courant des aides dont ils peuvent bénéficier en France », affirme François Gemenne, chercheur et spécialiste des flux migratoires. Il y a ainsi un taux de non-recours important aux prestations sociales. Par ailleurs, pour avoir le droit à certaines aides sociales, il faut un statut d’immigrant régulier et le RSA, par exemple, n’est accordé qu’au bout de cinq années de résidence en France.
Pour le cas des demandeurs d’asile, ils perçoivent d’abord une Allocation temporaire d’attente (ATA), le temps de s’installer. Le montant s’élève à 11,45 euros par jour, soit 343,50 € pour un mois de 30 jours, quelle que soit la charge familiale. Quand le demandeur
d’asile bénéficie d’une place dans un centre d’accueil, l’allocation temporaire d’attente
est remplacée par l’Allocation mensuelle de subsistance (AMS). Cette aide financière est directement versée par le centre dans lequel la personne réside. Son montant est compris entre 91€ et 718 € par mois, et dépend du nombre de personnes qui composent la famille et des prestations fournies par le centre d’accueil (si les repas sont compris ou non par exemple).

Cliché n°5 : « Les immigrés viennent des pays musulmans »
En fait, près d’un immigré sur deux entré en France en 2012 était né dans un pays européen, tandis que trois sur dix seulement étaient nés dans un pays africain. L’immigration d’origine européenne est majoritairement portugaise, britannique, espagnole, italienne ou allemande. Ces cinq pays représentent 57 % des entrées d’immigrés nés en Europe et un quart de l’ensemble des entrées en 2012.

Cliché n°6 : « Ils viennent chez nous au lieu d’aller dans les pays voisins »
Sur les 4,3 millions de Syriens qui ont fui leur pays depuis 2011, seuls 270 000, soit à peine plus de 6 %, ont rejoint l’Europe. Les 94 % restant se sont réfugiés en Turquie (1,8 million de personnes), au Liban (1,2 million), en Jordanie (630 000), en Egypte (130 000), en Afrique du Nord (24 000 et même en Irak (250 000). En revanche, ils ne vont pas dans les riches pays du Golfe, qui leur ferment leurs portes, par crainte de les voir importer chez
eux leurs envies de libertés, de droits et de justice sociale.

Sources : Eurostat, Insee et La Cimade

Lire le reste du dossier, y compris un article listant différentes façons de soutenir les réfugiés sur le site national de Français du Monde.

Sur le blog, le siège traite d’une autre initiative pour venir en aide aux réfugiés : l’Aquarius, un navire affrété par SOS MEDITERRANEE en partenariat avec Médecins du Monde pour assurer le sauvetage de migrants en détresse en mer Méditerranée et témoigner de leur situation.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s